Avec Régine Maire - Membre du Conseil épiscopal

Méditation du 15 février, 6e dimanche du temps ordinaire.

Le lépreux, lui l’exclu, s’approche de Jésus. Quelle puissance dans ce désir qui lui fait forcer tous les interdits et oser la rencontre.

"Si tu le veux, tu peux …" Sa demande rejoint Jésus en ce lieu où se nouent le pouvoir, le vouloir et l’être. Jésus est reconnu profondément et la Parole alors fait ce qu’elle dit.

Mais le récit connaît une rupture : aussitôt Jésus le renvoie en lui parlant sévèrement… Pourquoi ? Quelque chose dans cette rencontre s’est rompu : Jésus demande à l’homme guéri d’aller voir le prêtre qui seul peut recevoir cette guérison comme témoignage et de garder le silence. Consigne dont il ne tient pas compte : il se met dans la désobéissance et se donne la mission de "proclamer" sans l’avoir reçue…

Il est purifié, délié, mais ne parvient pas à se "relier" à Jésus : il parle à la place de Jésus et l’oblige lui à se taire, il est dans la ville mais Jésus doit rester dehors. C’est déjà la croix "hors de la ville" où il porta la lèpre du péché…

Pourquoi la consigne de silence ? Ce miracle a une signification messianique mais Jésus ne souhaite pas être reconnu trop tôt et surtout pas à l’occasion de gestes significatifs (guérisons, délivrances, miracles) mais dans une démarche personnelle de foi, comme Pierre à Césarée ou le centurion au pied de la Croix - seul lieu de reconnaissance en vérité…

Malgré cela il prendra toujours le risque de la rencontre… et me demande à mon tour d’oser la rencontre avec sa Parole, le frère, le pauvre, l’exclu. Sans crainte. La rencontre devient alors relation, dialogue vital qui ouvre à la révélation de Dieu. Seigneur aujourd’hui que ma parole soit à la hauteur de celle du lépreux face à Jésus !

Régine Maire

Évangile : Mc 1, 40-45

Un lépreux vient trouver Jésus ; il tombe à ses genoux et le supplie : « Si tu le veux, tu peux me purifier. » Pris de pitié devant cet homme, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » A l’instant même, sa lèpre le quitta et il fut purifié. Aussitôt Jésus le renvoya avec cet avertissement sévère : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne pour ta purification ce que Moïse prescrit dans la Loi : ta guérison sera pour les gens un témoignage. » Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte qu’il n’était plus possible à Jésus d’entrer ouvertement dans une ville. Il était obligé d’éviter les lieux habités, mais de partout on venait à lui.

© Copyright AELF - Paris - Tous droits réservés

Publié le 8 février 2009 dans : Témoigner > La Parole de Dieu > L’Evangile de dimanche prochain