Benoît XVI : Merci et Bravo !

Alors que Benoît XVI a fait savoir aujourd’hui son intention de quitter le siège de Pierre à la fin du mois de février, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, partage ses réactions :
« Merci à Benoît XVI qui nous a servis et conduits pendant près de huit ans, spécialement pour son enseignement mais aussi pour l’exemple qu’il a donné dans l’accomplissement de son ministère. S’il n’avait pas été précédé par l’exemple de Jean-Paul II, il n’aurait peut-être pas autant voyager, mais il l’a fait... Je pense aux JMJ bien sûr, et comment ne pas évoquer l’Angleterre, le Liban et bien sûr Paris et Lourdes en septembre 2008 !
Bravo pour cette décision surprenante et humble : un acte de courage, de sagesse et de liberté, au cœur de l’année de la foi.
Jean-Paul II a eu la liberté de rester jusqu’au bout, Benoît XVI a la liberté de partir quand il considère qu’il n’a plus les forces d’accomplir sa mission.
Très différent de son prédécesseur, Benoît XVI a su rester lui-même tout en s’inscrivant dans son sillage. Et s’il a vécu son pontificat de façon tout à fait nouvelle, il a poursuivi de nombreuses initiatives de Jean-Paul II.
A la fin de notre visite ad limina, alors qu’on l’interrogeait sur son état de santé, il avait répondu avec une grande simplicité : « Pour un homme de mon âge, il ne faut pas que je me plaigne… ! ». Et quoique fatigué, il était toujours vif, étonnement libre et d’une intelligence profonde. »

Dans sa lettre pastorale « Suivre Jésus de près » (Éditions Parole et Silence - septembre 2006), l’archevêque de Lyon concluait ainsi son propos en faisant mémoire de l’élection de Benoît XVI :
« Mardi 19 avril 2005. Il est à peine plus de 17h30, dans la chapelle Sixtine. Le Conclave est terminé. Benoît XVI vient d’accepter la charge de successeur de Pierre. Il prend la parole pour expliquer le nom qu’il vient de choisir. De mémoire, je me souviens qu’il a fait allusion à Benoît XV, qui ne resta pas longtemps pape et qui travailla surtout à la paix : « Je voudrais vivre un pontificat de paix et de réconciliation, dit alors Benoît XVI, un pontificat de travail, qui sera sans doute aussi chargé de souffrance ».
Il évoqua ensuite la famille bénédictine et la dimension contemplative de ce nom, et rappela que saint Benoît est le patron de l’Europe en train de se construire. Puis il termina en disant : « Nous n’avons d’autre but que de suivre le Christ, de le servir, de l’annoncer et si possible… de le montrer par toute notre vie ».
Quel verbe merveilleux ! Il n’a pas dû être transmis aux journalistes, car je ne l’ai pas vu apparaître dans les médias. Il révèle une ambition spirituelle qu’on peut souhaiter à l’Église entière. Jamais l’Église ne vivra parfaitement l’amour qui lui est demandé et qu’elle enseigne. Jamais, elle ne donnera à voir toute la lumière du visage de Celui dont elle témoigne, et pourtant c’est sa principale mission. »


Pour aller plus loin :
- la rubrique dédiée à Benoît XVI sur le site diocésain
- l’adresse du cardinal Philippe Barbarin au pape Benoît XVI pour la visite ad limina, le 30 novembre 2012
- l’homélie du cardinal Philippe Barbarin à l’occasion du 83ème anniversaire de Benoît XVI en avril 2010
- l’interview du cardinal Philippe Barbarin sur France 2 lors de l’élection de Benoît XVI (à 8’30)

A écouter :
- l’interview du cardinal Philippe Barbarin sur RCF mardi 16 février 2013 au sujet de la renonciation du pape Benoît XVI :
Enregistrement RCF

A noter :
- une Messe d’action de grâce pour le pontificat de Benoît XVI sera célébrée jeudi 28 février à 19h à la primatiale Saint-Jean à Lyon. Elle sera présidée par le cardinal Philippe Barbarin et sera clôturée par le chant du Magnificat.

Publié le 11 février 2013 dans : Témoigner > Témoins de la foi > Benoît XVI