Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Actualités
4e dimanche de carême (2018) avec l’oeuvre « Moïse et le serpent d’Airain »

Publié le 07 mars 2018

4e dimanche de carême (2018) avec l’oeuvre « Moïse et le serpent d’Airain »

Cette année dans le livret de carême nous vous proposons une lecture d’oeuvre d’art. Pour ce quatrième dimanche, la réflexion portera sur une oeuvre de Maître de Jacques IV d’Ecosse.

Moïse et le serpent d’Airain des Heures de Spinola (Ms. Ludwig IX 18, fol. 57)
Artiste : Maître de Jacques IV d’Ecosse 1510-1520
Conservé au J. Paul Getty Museum

Cette miniature pleine page est issue du livre d’Heures de Spinola (le livre d’heures est un livre liturgique destiné aux laïcs permettant de suivre la liturgie des Heures, une version médiévale de Prière du temps présent).

Ce livre de 23 cm de haut sur 16 de large a été écrit et décoré vers 1510-1520 dans la région des Flandres (sans doute à Gand ou à Bruges). Le texte au centre de la page est un verset du Misererepsaume 50 et os meum adnuntiabit laudem tuam c’est-à-dire Seigneur ! ouvre mes lèvres, et ma bouche publiera ta louange.

L’Évangile de Jean et la miniature font allusion à un passage du chapitre 21 du livre des Nombres (verset 4 à 9) :

Ils quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux en contournant le pays d’Édom. Mais en chemin, le peuple perdit courage.
Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! »
Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.
Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! »
Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !

Dans le livret de carême nous avons choisi de vous montrer uniquement le haut de page. J’aimerais vous inviter à regarder avec moi l’ensemble de cette miniature. Au sol gisent deux cananéens morts livides, des serpents s’agitent autour d’eux. Les deux personnages debout au premier plan, dont l’un nous regarde et semble nous prendre à partie, sont aussi assaillis par les serpents. Tous les autres sans exception, y compris les enfants fixent du regard le serpent d’airain. Moïse accompagné d’Aaron et d’un autre prêtre est en haut de la montagne. De son bâton il désigne le serpent tout en haut d’un mât. Le peuple des cananéens s’agitent, ils élèvent les mains pour attester du miracle. Ils sont tous ensemble, unis dans la contemplation. On peut aussi noter que le désert de ce manuscrit est bien verdoyant, il y a même un cours d’eau au pied des deux morts. Comme le peintre, nous sommes invités à réactualiser le désert, à discerner où sont les serpents dans nos vies.

La forme du serpent rappelle celle de la croix du Christ, il s’agit d’une préfiguration. Nous sommes tous, comme les cananéens, inviter à contempler ensemble le signe qui nous sauve et à nous décentrer du mal qui nous brûle.

Par Noémie Marijon

Image complète en HD pour l’illustration
Copyright : J. Paul Getty Museum

 

Le livret de carême 2018