Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Vivre sa foi
Deux séminaristes volontaires à l’étranger

Publié le 02 novembre 2017

Deux séminaristes volontaires à l’étranger

La vocation est l’un des axes de réflexion du synode des jeunes de 2018. Amaury Martini et Séverin Lang, tous deux séminaristes dans notre diocèse, partagent leurs expériences de volontariat à l’étranger.

Être professeur, c’est un challenge

Amaury séminariste

Apprenti professeur, Amaury a donné des cours de « Human formation » et de communication dans une école technique pour jeunes adultes, dans la mission de Chikowa, tenue par des prêtres missionnaires comboniens. « Pendant près d’un an, j’ai trouvé difficile d’enseigner, d’arriver à intéresser les élèves, me demandant souvent ce que je faisais là. C’était parfois frustrant. Mais peu à peu, je me suis senti plus à l’aise, sachant qu’il était important que je sois à l’écoute des élèves. J’avais une responsabilité vis-à-vis de ses jeunes qui, pour certains, vivaient des choses pas faciles » .

Les étudiants étant tous chrétiens mais d’Églises différentes, il a l’opportunité d’ajouter de la catéchèse « en fonction des besoins. Ils sont plutôt demandeurs, même si sur certains sujets comme la confession ou le rôle de Marie, ils ne se privent pas d’exprimer leur désaccord. C’est pour moi l’occasion de demander au Saint Esprit qu’il m’éclaire afin que je leur réponde le plus justement possible » . Il revient à Lyon avec la conviction « que le Seigneur était vraiment avec moi dans ce que je faisais. J’ai appris à tenir dans la prière, à recevoir les rencontres avec les étudiants et les volontaires comme un don du Seigneur. J’ai vraiment adoré vivre là-bas mais je suis content d’arrêter ce boulot d’enseignant ».

Découvrir la vie paroissiale

C’est avec La Délégation Catholique pour la Coopération que Séverin est parti au Pérou. « J’ai vécu ces deux années comme un temps de formation, de découverte de l’universalité de l’Église et du quotidien de la vie paroissiale que je connaissais finalement assez peu ». À la capilla Cristo Redentor, annexe d’une paroisse populaire de la grande banlieue Est de Lima, il s’immerge dans les réalités de la vie paroissiale que lui fait découvrir son curé, un prêtre français du Prado. « Son amour pour les plus pauvres m’a beaucoup touché. C’est un appel pour moi à faire de même ». Durant ces deux années, sa mission principale était auprès des jeunes. « Du fait de la confiance qu’il y avait entre nous, certains se sont confiés à moi, parfois pour de graves problèmes. Il s’agit surtout d’avoir une écoute attentive, dans la discrétion et la confiance.

Alors qu’en France, je me sentais plus à l’aise dans l’évangélisation avec des personnes plus âgées, j’ai beaucoup aimé passer du temps avec eux, à les écouter, à échanger. Cette expérience est très formatrice dans la perspective d’un futur ministère en paroisse. Véritablement, Dieu m’a parlé et encouragé à travers eux ».


Source : Église à Lyon, n°07, octobre 2017, p.19.
Eglise à Lyon, le magazine mensuel de l’actualité diocésaine. En vente dans les librairies religieuses ou sur abonnement.