Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

La parole de dieu
« Ceci est mon corps, ceci est mon sang » (Mc 14, 12-16.22-26)

Publié le 28 mai 2018

« Ceci est mon corps, ceci est mon sang » (Mc 14, 12-16.22-26)

Dimanche 3 juin 2018

Chaque dimanche nous vous proposons, en partenariat avec Ma Prière, de méditer l’Évangile avec un commentaire court et parlant pour notre vie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Le premier jour de la fête des pains sans levain,
où l’on immolait l’agneau pascal,
les disciples de Jésus lui disent :
« Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs
pour que tu manges la Pâque ? »
Il envoie deux de ses disciples en leur disant :
« Allez à la ville ;
un homme portant une cruche d’eau
viendra à votre rencontre.
Suivez-le,
et là où il entrera, dites au propriétaire :
“Le Maître te fait dire :
Où est la salle
où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?”
Il vous indiquera, à l’étage,
une grande pièce aménagée et prête pour un repas.
Faites-y pour nous les préparatifs. »
Les disciples partirent, allèrent à la ville ;
ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit,
et ils préparèrent la Pâque.

Pendant le repas,
Jésus, ayant pris du pain
et prononcé la bénédiction,
le rompit, le leur donna,
et dit :
« Prenez, ceci est mon corps. »
Puis, ayant pris une coupe
et ayant rendu grâce,
il la leur donna,
et ils en burent tous.
Et il leur dit :
« Ceci est mon sang,
le sang de l’Alliance,
versé pour la multitude.
Amen, je vous le dis :
je ne boirai plus du fruit de la vigne,
jusqu’au jour où je le boirai, nouveau,
dans le royaume de Dieu. »

Après avoir chanté les psaumes,
ils partirent pour le mont des Oliviers.

Commentaire de l’Évangile

Les amants de ce monde prouvent leur générosité en donnant de l’argent, des vêtements, des cadeaux divers ; personne ne donne son sang. Le Christ, lui, le donne ; il prouve ainsi la tendresse qu’il nous porte et l’ardeur de son amour. Sous l’ancienne Loi, Dieu acceptait de recevoir le sang des sacrifices, mais c’était pour empêcher son peuple de l’offrir aux idoles, et c’était déjà la preuve d’un très grand amour. Mais le Christ a changé ce rite ; la victime n’est plus la même : c’est lui-même qu’il offre en sacrifice. « Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps du Christ ? » (1Co 10,16). Qu’est-ce que ce pain ? Le corps du Christ. Que deviennent ceux qui y communient ? Le corps du Christ : non pas une multitude de corps mais un corps unique. De même que le pain, composé de tant de grains de blé, n’est qu’un pain unique où les grains disparaissent, de même que les grains y subsistent mais qu’il est impossible de les distinguer dans la masse si bien unie, ainsi nous tous, ensemble et avec le Christ, nous ne faisons qu’un tout. Maintenant, si nous participons tous au même pain, et si tous nous sommes unis à ce même Christ, pourquoi ne montrons-nous pas un même amour ? Pourquoi ne devenons-nous pas un en cela aussi ? C’est ce que l’on voyait au temps des débuts : « Toute la multitude de ceux qui croyaient n’avaient qu’un cœur et qu’une âme » (Ac 4,32).

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407) 24e homélie sur la 1ère Lettre aux Corinthiens, 2 ; PG 61, 199  (trad. coll. Icthus, t. 9, p. 170 rev.)


Pour découvrir Ma Prière et recevoir gratuitement un exemplaire, cliquez ici

En savoir plus

Photo Josh Applegate – Unsplash