Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

La parole de dieu
« Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup »

Publié le 11 septembre 2018

« Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup »

Dimanche 16 septembre 2018

Chaque dimanche nous vous proposons, en partenariat avec Ma Prière, de méditer l’Évangile avec un commentaire court et parlant pour notre vie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples,
vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe.
Chemin faisant, il interrogeait ses disciples :
« Au dire des gens, qui suis-je ? »
Ils lui répondirent :
« Jean le Baptiste ;
pour d’autres, Élie ;
pour d’autres, un des prophètes. »

Et lui les interrogeait :
« Et vous, que dites-vous ?
Pour vous, qui suis-je ? »
Pierre, prenant la parole, lui dit :
« Tu es le Christ. »
Alors, il leur défendit vivement
de parler de lui à personne.

Il commença à leur enseigner
qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup,
qu’il soit rejeté par les anciens,
les grands prêtres et les scribes,
qu’il soit tué,
et que, trois jours après, il ressuscite.
Jésus disait cette parole ouvertement.
Pierre, le prenant à part,
se mit à lui faire de vifs reproches.
Mais Jésus se retourna
et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre :
« Passe derrière moi, Satan !
Tes pensées ne sont pas celles de Dieu,
mais celles des hommes. »
Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit :
« Si quelqu’un veut marcher à ma suite,
qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix
et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie
la perdra ;
mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile
la sauvera. »

Commentaire de l’Évangile

Comment exprimer ce que mon âme a ressenti quand, de la bouche d’un saint prélat, elle a entendu ce qui est déjà ma folie, ce qui me rend absolument heureux dans mon exil : l’amour de la croix ! Qui me donnerait le langage du roi David pour pouvoir exprimer les merveilles de l’amour à la croix ? La croix du Christ ! Que peut-on dire de plus ? Je ne sais pas prier, je ne sais pas ce qu’est être bon, je n’ai pas l’esprit religieux, car je suis plein du monde. Je ne sais qu’une chose, une chose qui remplit mon âme de joie, tout en me voyant si pauvre en vertus et si riche en misères ; je sais seulement que j’ai un trésor que je ne changerais pour rien ni pour personne : ma croix, la croix de Jésus, cette croix qui est mon seul repos. Comment expliquer cela ? Celui qui ne l’a pas expérimenté ne peut nullement soupçonner de quoi il s’agit. Ah, si tous les hommes aimaient la croix du Christ ! Si le monde savait ce que c’est que d’embrasser pleinement, vraiment, sans réserve, en folie d’amour, la croix du Christ ! Combien de temps perdu en causeries, dévotions et exercices qui sont saints et bons, mais ne sont pas la croix de Jésus, ne sont pas ce qu’il y a de meilleur.

Saint Raphaël Arnáiz Barón (1911-1938) – Écrits spirituels 03/04/1938 (trad. Cerf, 2008, p. 396).


Pour découvrir Ma Prière et recevoir gratuitement un exemplaire, cliquez ici

En savoir plus