Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Actualités
Jumelage Lyon-Mossoul : un nouvel évêque installé !

Publié le 29 janvier 2019

Jumelage Lyon-Mossoul : un nouvel évêque installé !

Comme toutes les églises de Mossoul ont été détruites, c’est à Bagdad que le cardinal Barbarin s’est rendu les 17 et 18 janvier dernier, pour participer à la consécration épiscopale du nouvel archevêque chaldéen de Mossoul, Mgr Najeeb Michaeel, répondant ainsi à l’invitation du patriarche catholique chaldéen Louis Raphaël Sako. Grande joie pour notre diocèse jumelé et regain d’espérance pour les Chrétiens d’Orient et pour tous les Irakiens.

Pour le cardinal Louis Raphaël 1er Sako, patriarche de l’Église catholique chaldéenne, cette nomination est avant tout symbolique. Elle apportera soutien et réconfort aux chrétiens qui sont encore présents dans la région de Mossoul. « Il reste une centaine de familles à Mossoul, environ 400 à Karamless, et autant à Akra. « Tous ces gens ont besoin d’un appui, d’une autorité. Pendant leur exil, les Chrétiens ont vécu d’espérance, de prières, de méditations… Ils ont approfondi leur foi, comme les Juifs pendant l’exil. Il s’agit désormais de leur redonner le moral », a expliqué le cardinal Sako. Pour lui, la mission du nouvel évêque de Mossoul commencera par œuvrer en faveur de la réconciliation entre chrétiens et musulmans, pour construire la confiance. « Pour cela, il faut laisser du temps. L’Église a un rôle prophétique, il faut insister sur cette dimension », précise-t-il, avant d’ajouter : « La visite, la présence et l’amitié du cardinal Barbarin nous a apporté beaucoup de soulagement et de réconfort. Pendant ces deux jours, il était là, avec nous. Il nous a accompagné, nous a encouragé. Il a prié avec nous. Un oriental, c’est une personne qui parle avec son cœur. Donc si quelqu’un vous dit : “Je vous aime !” C’est fini ! C’est le paradis ! », a-t-il confié. 

Pour le cardinal Sako, le jumelage entre les diocèses de Lyon et de Mossoul est précieux. Il insiste d’abord sur les dimensions spirituelles, humaines et mystiques de ces liens, appelant en renfort saint Irénée : « Un oriental ! ».

Enfin, le cardinal Sako considère que la manière avec laquelle les chrétiens d’Irak ont traversé ces années d’épreuves peut être un témoignage pour les chrétiens d’occident, qui vivent sous l’influence d’une « laïcité négative et de la culture des plaisirs ». Il a enfin vivement remercié tous les chrétiens du diocèse de Lyon qui ont ouvert leurs portes aux chrétiens d’Irak, exilés.

En savoir plus

Photos et videos sur facebook.com/lyonmossoul