Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Actualités
Église à Lyon : le numéro de mai 2020 est sorti !

Publié le 19 mai 2020

Église à Lyon : le numéro de mai 2020 est sorti !

Édito

Pendant ce temps de confinement, j’ai pu accompagner plusieurs frères prêtres jusqu’à leur dernière demeure, avec une poignée de personnes, mais au nom de tout le diocèse. Ces célébrations m’ont ému profondément. Je voudrais donc, dans cet éditorial, leur rendre hommage, en m’adressant à eux, en m’adressant à chacun d’eux comme on s’adresserait à un grand frère. Pour cela, j’ai largement paraphrasé Louis Magnin qui s’adressait il y a un an à son frère Victor qui venait de mourir. Je crois que ses mots peuvent être murmurés par chacun de nous, en pensant aux prêtres qui nous ont soutenus, qui nous ont édifiés et à qui nous devons notre vocation. Dix prêtres ayant servi notre diocèse sont décédés pendant cette période ; en m’adressant à eux, je m’adresse à tous ceux qui nous ont précédé et qui nous montrent le chemin.

Cher Georges, cher Roger, cher Jean, cher Louis, cher Amédée, cher René, cher André, cher Roger, cher Paul, cher Christian,

Cher grand frère, 

Nous sommes des nains sur des épaules de géants, et ce que nous sommes de bien, nous l’avons appris de toi. Ta fidélité, ton humanité mais aussi tes erreurs et tes souffrances, tes combats et tes belles réalisations…tes échecs aussi nous ont aidés, nous ont appris, ont façonné nos coeurs d’hommes et de prêtres. En entendant évoquer la richesse de tes ministères et ta foi, nous nous sentons si petits et tellement reconnaissants. 

Cher grand frère, 

Tu viens de franchir ton dernier pas sur cette terre au terme d’un parcours débordant d’activités, de responsabilités, de services, de combats courageux, expressions concrètes de ton amour de Dieu, de ton amour du monde et des hommes. 

Quelle lumière se cache derrière cette nuit de la mort ? Pourquoi ? Où veux-tu nous conduire ? Il y a-t-il un mystère qui nous révèlera le sens total de notre vie ? Le passage de notre monde au monde de l’au-delà est-il l’entrée dans un monde nouveau ? Tu nous en indiques le chemin. C’est le chemin d’une vie généreuse que tu as tracé devant nous pour nous conduire vers la lumière totale. Ce monde nouveau n’est pas un autre monde mais la réussite de ce monde présent, réconcilié, pacifié, unifié. 

Et après ? 

À ce sujet, personne ne peut dire « je sais ». Plus humblement, bien modestement, dans le silence, nous pouvons simplement laisser monter, de nos coeurs à nos lèvres, un « je crois », un « j’espère », que nous recevons du Christ au soir de sa mort : « Que votre coeur ne se trouble pas mais croyez en moi. Il y a beaucoup de place dans la maison de mon Père ». 

Merci de ce que tu as été et de ce que tu as fait pour nous. Il nous en coûte de te voir partir. Merci de laisser en nous et parmi nous la forte marque de ton passage, de ton courage. 

Cher grand frère, 

nous avons puisé à la même source l’énergie de nos engagements. Je veux parler du Christ, de son Evangile et de l’Esprit. Ils nous ont inspirés et soutenus dans les combats pour un monde nouveau, un monde meilleur, où le petit et le pauvre avaient toute leur place. 

Cher grand frère, 

la mort, pour nous, c’est l’accès vers la plénitude de la vie, de l’éternité, de l’accomplissement de toute vocation humaine. C’est la vérité tout entière, le passage obligé pour renaître à nouveau. C’est ce que nous essayons de croire, mais pour l’instant nous ne savons rien. Nous essayons simplement d’espérer, de croire. 

Merci, grand frère. 

Emmanuel Gobilliard, 

avec les mots de Louis Magnin

 

Une du magazine Eglise à Lyon – mai 2020


Découvrez les premières pages du magazine

En savoir plus