Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Actualités
La Parole de Dieu nous est offerte

Publié le 02 avril 2019

La Parole de Dieu nous est offerte

Messe en Mémoire du Cardinal Billé (décédé le 12 mars 2002)
Vendredi 15 mars 2019
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Ez 18, 21-28    Mt 5, 20-26

Je suis très ému d’être là et je suis touché, Monseigneur, de votre invitation faite à l’occasion de votre venue dans le diocèse de Laval, l’an dernier, pour présider les célébrations du 147ème anniversaire de l’apparition de Notre-Dame dans le ciel de Pontmain.

Je suis ému d’être là car, il y a 35 ans, le jeune diacre -que j’étais- a rencontré le Père Billé, tout juste nommé évêque de Laval, en sachant ce jour-là que j’allais participer de près à son ordination épiscopale et qu’il allait m’ordonner prêtre huit jours après. Je peux dire que nous nous sommes préparés ensemble à recevoir la grâce de Dieu. Mon cœur était tout brûlant lors de nos rencontres : quand il me recevait ou quand il recevait des confrères, le Père Billé avait une immense attention des personnes et une grande charité pastorale. Sa proximité n’excluait pas une juste distance et sa bonté, son regard impressionnait et rassurait à la fois.

Mgr Scherrer, mon évêque dont je suis aujourd’hui l’un de ses proches collaborateurs, exprimait ces mots lors de la messe du souvenir du 10ème anniversaire de son décès: «La parole de Mgr Billé était au service du dialogue et de la rencontre… Il considérait chacun comme s’il était unique, s’intéressant à son histoire et partageant ses soucis et ses épreuves.  Qui n’a perçu dans son regard ce sentiment d’être accueilli, respecté et aimé pour lui-même ? Et Mgr Scherrer poursuivait : j’ose penser qu’il y a quelque chose de proprement eucharistique dans la manière dont il se rendait aussi présent à chacun avec un maximum de disponibilité et d’écoute. Car c’était toute sa personne, son corps, son esprit qui étaient, dans ces circonstances-là, véritablement ‘livrées pour nous’…»

A son ordination épiscopale, avec un diacre de la Vendée, j’ai tenu le Livre de la Parole de Dieu sur la tête du nouvel évêque.

  • Quelle intensité ce geste qui vient mettre en lumière la charge principale de l’Evêque : l’annonce de la Bonne Nouvelle.
  • Quelle intensité ce signe de l’imposition du Livre des Evangiles pendant la prière d’ordination afin que le nouvel évêque se laisse habiter totalement par la Parole de Dieu.

La Parole de Dieu, elle nous est offerte chaque jour.

Pour Mgr Billé, elle a été « source de vie  pour vivre et en faire vivre », disait-il. Il a été un fidèle serviteur de la Parole. Exégète, il a appris à accueillir le sens du mot juste par les études longues de la parole biblique qu’il a enseigné, commentée, proclamée, actualisée tout au long de sa vie… et la lenteur de sa diction a servi l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Sa foi n’était pas mise sous le boisseau. Sa devise tirée de la 2ème lettre de Paul à Timothée : « Je sais en qui j’ai mis ma foi » exprime l’essentiel de ce qu’il l’animait en profondeur et de ce qui  a guidé et orienté sa mission d’évêque.

Lors d’une assemblée du presbyterium du diocèse de Laval, je me souviens de sa force d’écoute et de synthèse pour éclairer des échanges qui venaient d’avoir lieu sur l’annonce de l’Evangile et le service des hommes ; puis, par une interrogation et une conviction, Mgr Billé ajoutait : « lequel des deux  est premier ? Ce qui est premier, c’est l’annonce de l’Evangile, car annoncer l’Evangile, c’est le meilleur service que l’on puisse rendre à l’homme ».

La Parole de Dieu, elle nous est offerte chaque jour, et encore ce soir, le Seigneur nous parle en ce temps de Carême et en ces temps difficiles que toute l’Eglise traverse, et votre diocèse particulièrement. Se laisser saisir par les mots de l’Evangile, être pétri et habité par la Bonne nouvelle de l’Evangile pour en témoigner humblement, « c’est le meilleur service que chacun puisse rendre à l’homme », à notre société, à notre monde.

La Parole de Dieu nous est donnée ce soir où Jésus dans cet évangile de Matthieu vient enseigner ses disciples avec vérité et exigence à propos des commandements de la loi de Moïse.

« Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux ». Et Jésus semble se conduire en nouveau Moïse donnant au peuple qu’il rassemble des repères, des consignes qui mettent en premier la réconciliation avec le frère pour devenir un préalable nécessaire à tout geste cultuel.

« Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens…  Eh bien ! moi, je vous dis… » Jésus est un Maitre qui nous aide à discerner les mouvements de notre cœur ! Il veut que nous découvrions la bonté d’un cœur à l’image et à la ressemblance du cœur de Dieu ! A cause, parfois, de la dureté de notre cœur, en pensant du mal de notre frère, nous lui faisons un tort qui donne prise au malin. Ainsi, notre confiance en Dieu est ternie et nos pensées ne sont plus en harmonie avec les pensées de Dieu.

En ces jours de Carême, Jésus nous invite à grandir dans l’amour fraternel ! C’est en accueillant, en aimant au quotidien l’autre -mon frère, ma sœur que je rencontre – que j’authentifie ma foi au Dieu d’amour que je ne vois pas.

En ces jours de Carême, nous voulons répondre à la Parole du Fils de Dieu en nous hâtant vers la lumière du temps pascal, dans des paroles et des gestes de pardon et de réconciliation. La Mort et la Résurrection de Jésus ne cessent de nous renvoyer au quotidien de notre vie.

La Parole de Dieu nous est offerte ce soir, elle est une Lumière qui nous aide à changer nos cœurs, à convertir nos façons d’être… Notre fidélité à notre vocation chrétienne, à notre mission, à notre ordination est dans la réponse que nous faisons jour après jour à l’appel de Dieu qui nous aime plus que tout, lui qui nous invite à réentendre comme membres de l’Eglise : « Tu as du prix à mes yeux… » (*)

Demandons ce soir, au cours cette eucharistie célébrée en mémoire du Cardinal Billé, la grâce d’être habité de la Parole de Dieu et de comprendre de quel amour nous sommes aimés.

Que l’Evangile soit source de notre joie, « source de vie, pour vivre et en faire vivre. »

Amen.

Gérard Poirier, Vicaire général
Diocèse de Laval 


(*)    Isaïe 43, 4   Thème du Synode diocésain de Laval  Pentecôte 2018 à Pentecôte 2020

En savoir plus