Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Actualités
Portraits des quatre futurs prêtres – juin 2019

Publié le 18 juin 2019

Portraits des quatre futurs prêtres – juin 2019

Grande joie pour notre diocèse : le 29 juin à 10h à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, Armel Bouchacourt, Nicolas Charrier, Vincent Gaisne et Thomas Samson seront ordonnés prêtres.

Découvrez leurs portraits !


Armel Bouchacourt

J’ai 30 ans, je suis originaire de Lyon (un vrai gône, né à la Croix-Rousse) même si ma mère est bretonne. J’ai fait 5 ans de droit avant d’entrer au séminaire. J’ai fait beaucoup de scoutisme chez les SUF et c’est là que j’ai vraiment grandi dans la foi. J’ai reçu les prémisses de l’appel à la fin de mes études, j’étais dans le sud de la France et c’est là-bas que j’ai vraiment découvert la paroisse comme une famille, j’y fait une expérience forte de l’Église qui accueille et qui accompagne.

À la fin de l’année, j’ai appris que deux très bons amis entraient au séminaire et cela m’a amené à me demander : et toi, qu’est-ce que le Christ désire pour toi ? Durant l’été, les JMJ de Madrid m’ont aidé à discerner cette interrogation comme une invitation à me mettre en route à la suite du Christ.

C’est vraiment en entrant au séminaire que j’ai fait de la place au Christ dans ma vie. J’y ai aussi découvert la joie de la vie communautaire, très exigeante et émondante mais chemin vers Dieu. Je peux témoigner que seul je suis vraiment peu de choses, comme le dit le Pape François dans son encyclique Gaudete et Exsultate, « partager la Parole et célébrer ensemble l’Eucharistie fait davantage de nous des frères et nous convertit progressivement en communauté sainte et missionnaire » (§142). Aujourd’hui, je suis dans la joie, comme un enfant qui sort du ventre de sa mère et qui commence à affronter la vie !

  • Un lieu : la Bretagne
  • Un plat : El Ceviche (plat péruvien)
  • Un saint : saint Bernard


Nicolas Charrier

Arrivé à Lyon en 2001 pour mes études de chimie, mon cœur s’est attaché à cette ville malgré mes origines savoyarde et dauphinoise et mes déplacements en France et en Europe, pour les études ou le travail. Après un séjour à Taizé, à 25 ans, j’ai eu la grâce d’expérimenter concrètement l’Amour de Dieu. Cette expérience bouleversante s’est accompagnée d’un changement de vie et de perspectives de vie. Deux ans plus tard, alors que je vivais à Taizé, un ami prêtre m’a interpelé en me demandant si je n’avais jamais pensé à devenir prêtre. Lors d’un temps de prière, c’est cette parole destinée à l’aveugle Bartimée : « Confiance, lève-toi, il t’appelle » (Mc 10,49) qui a résonné comme la voix de Dieu répondant à mes questions. Un temps au service d’une paroisse de notre diocèse pour connaitre le concret de la vie d’un prêtre diocésain a confirmé la joie de répondre à cet appel dans le service simple du Peuple de Dieu par l’intercession, la présence gratuite et tout ce qui permet de rendre Dieu présent concrètement dans la vie des personnes.

Par les différents aspects de la formation au séminaire, j’ai pris conscience de l’importance du temps passé quotidiennement avec Dieu dans la prière, comme lieu de ressourcement pour mieux me donner aux autres, de la joie de la vie fraternelle et du service de tous, en particulier du plus pauvre. Je poursuis actuellement des études pour aider au rapprochement des Chrétiens.

  • Un lieu : abbaye d’Aiguebelle
  • Un plat : jambon/pâtes
  • Un saint : sainte Teresa de Calcutta
  • Un livre : J’étais sans-abri et tu m’as accueilli, de Gabriel Rosset


Thomas Samson

Au moment d’être ordonné prêtre, je relis ma vie avec beaucoup de gratitude. J’ai eu la joie de naître dans une famille chrétienne, avec des parents qui ont eu à cœur de me donner le sens de Dieu, ainsi qu’à mes trois sœurs et mon frère.

Les premiers signes de mon appel remontent à l’âge de 16 ans, où lors d’une adoration eucharistique, je formulais cette prière : « Seigneur, voici venu le temps des choix d’orientation, que vais-je faire ? Je ne veux pas choisir sans toi ! » D’autres éléments habitaient mon cœur : je voyais le Christ en croix donnant sa vie pour moi : que pouvais-je faire pour lui ? J’étais saisi par le miracle de Dieu qui se donne intégralement dans un simple morceau de pain. J’ai de la gratitude aussi pour tous les prêtres que j’ai rencontré, joyeux de vivre leur ministère ! Après une période de combat intérieur – car je ressentais aussi le désir de me marier- et une retraite qui m’a libéré, j’ai poussé la porte du séminaire !

Au séminaire, j’ai appris à me laisser faire par Dieu. C’est lui qui sait ce qui est bon pour moi, et je lui demande, dans ma prière, qu’il continue à me conduire vers ceux et celles qu’il veut. C’est cela que je découvre et vis, en paroisse à Gerland : Dieu agit, Dieu guérit les cœurs blessés, Dieu nous veut heureux et nous donne, par son Esprit Saint, la grâce dont nous avons besoin.

Vous qui lirez ce petit mot, soyez assurés de ma prière ! Merci pour la vôtre !

  • Un lieu : l’abbaye de Citeaux
  • Un plat : la flammenkuche
  • Un Saint : saint Philippe Néri
  • Un livre : Les enquêtes du Père Brown, de Chesterton


Vincent Gaisne

« Suis-moi, parce que je t’aime ».

L’appel du Seigneur à le servir comme prêtre a résonné en moi dans la petite enfance, « depuis que j’ai une mémoire ». Cet appel a été éveillé et nourri par l’attitude des prêtres rencontrés, l’Eucharistie, le sacrement de pénitence et de réconciliation et la prière en famille (je suis le 3e de cinq enfants). L’appel au sacerdoce s’est fortifié au début du Séminaire par cette parole à la fin d’une homélie : « Suis-moi, parce que je t’aime ». Originaire de Nantes, alors que j’avais découvert le diocèse de Lyon par mes études en école de commerce, la présence de la Vierge Marie m’a profondément attiré dans cette ville, aux sources de l’évangélisation de la France.

Avec le Magnificat, je rends grâce au Seigneur pour le don de la foi, pour le don du sacerdoce : le temps du Séminaire m’aura aidé à intégrer cette parole si vraie du saint Curé d’Ars : « L’homme est un pauvre qui a besoin de tout demander au Seigneur ». Tout homme cherche le bonheur, tout homme cherche le Chemin, la Vérité, la Vie qui pourra nourrir et combler ses plus grands désirs. Et voilà que depuis 2000 ans, le Seigneur ressuscité demeure au cœur de nos vies pour y répandre sa « Vie en abondance » (Jn 10,10). Notre Dieu veut nous faire goûter, aujourd’hui, en abondance, sa Miséricorde !

Le sacerdoce est un don qui me dépasse infiniment : je suis heureux de pouvoir le déployer avec vous, pour vous, en Église, pour que le plus grand nombre découvre la joie de la foi.

  • Un lieu : l’abbaye de Solesmes
  • Un plat : une salade « italienne »
  • Un saint : saint Claude la Colombière
  • Un livre : Le réalisme spirituel de Thérèse de Lisieux, V. Sion

En savoir plus

Photo ©Diocèse de Lyon