Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

En dialogue
Rendons grâce pour une prière œcuménique inoubliable !

Publié le 05 décembre 2017

Rendons grâce pour une prière œcuménique inoubliable !

« Rendez grâce à Dieu en toutes circonstances » (1 Thes 5, 18)

La prière œcuménique organisée en l’église Saint-Irénée ce vendredi 1er décembre 2017 fera date dans le cœur des lyonnais ! Organisée dans le cadre de la commémoration commune des 500 ans de la Réforme protestante et initiée conjointement par le diocèse de Lyon et le pôle Lyonnais de la Fédération Protestante de France (FPF), la célébration a rassemblé de nombreux catholiques et protestants dans un esprit de fraternité et un humble désir de progresser sur le chemin de l’unité.

Si Jésus a prié intensément pour l’unité (Jn 17, 21), c’est qu’il savait que ce serait difficile et il ne s’est pas trompé ! Les résistances existent, elles se sont manifestées ce jour-là par un petit groupe d’activistes bien décidé à créer le scandale et à perturber la paix de ce temps de prière ! Que faire alors ? Plus de bruit encore ? On aurait bien sûr pu couvrir les invectives par les grandes orgues mais comme l’a si bien dit à cette occasion l’organiste du Grand temple qui était de service : « l’orgue est un instrument fait pour la louange, la gloire de Dieu, et la paix dans les cœurs. Pas pour faire taire celui qui me gêne ! ». Bien décidés à ne pas entrer dans le jeu de celui qui crie le plus fort,  c’est donc sans faire de bruit que nous avons choisi de nous déplacer dans la crypte pour poursuivre notre prière commune: celle-ci y a beaucoup gagné en proximité, fraternité et profondeur spirituelle. « Merci pour eux, Seigneur !  Ils ne savent pas… le bien qu’ils nous ont fait !»

Sans doute jamais depuis sa construction la crypte de Saint-Irénée n’avait connu une si abondante assemblée, profondément unie dans une intense prière. Présidée par l’archevêque de Lyon et le président du pôle Lyonnais de la FPF une liturgie inspirée du document édité par le dialogue luthéro-catholique « du conflit à la communion », nous a conduit à revisiter notre histoire commune avec ses ombres et ses lumières. Nous avons demandé pardon, nous avons rendu grâce, nous avons affirmé notre ferme volonté de continuer à tisser ensemble les liens de la fraternité. C’est d’ailleurs l’image du métier à tisser (si chère aux lyonnais) qui a accompagné cette célébration dont tous les participants ont reçu symboliquement une navette de tisserand. Lors de la prédication à deux voix, le père Pierre Lathuilière et le pasteur Pierre Blanzat en commentant l’Évangile du 1er dimanche de l’Avent (Marc 13) ont rappelé l’appel de Jésus à veiller ! Une veille dont le terme est toujours imprévisible et pour laquelle il nous faut apprendre à cultiver la patience mais aussi l’impatience. Cette vocation de veilleurs nous ouvre à l’autre, et nous engage mutuellement à nous entraîner et nous encourager dans l’exercice concret de l’hospitalité et de la miséricorde.

Autre moment fort de cette célébration, la remise de deux « chemins de table » en soie lyonnaise au cardinal Philippe Barbarin et au pasteur Stephen Backman qui leur rappelleront à chaque sainte cène et à chaque eucharistie, le désir de partager et de progresser dans le chemin qu’il nous reste encore à parcourir pour pouvoir être pleinement en communion.

À l’issue de ce moment intense qui ne risque pas de s’effacer de nos mémoires, une plaque commémorative a été offerte à la paroisse Saint-Irénée sur laquelle sont inscrits ces mots :

« Le 1er décembre 2017 en l’église Saint-Irénée, à l’occasion  des 500 ans de la Réforme protestante, protestants et catholiques de Lyon se sont rassemblés dans la prière et la fraternité pour faire mémoire de leur histoire. Ensemble, ils ont rendu grâce pour les dons reçus à travers le renouveau occasionné par la Réforme. Ensemble, avec l’aide de l’Esprit Saint, ils ont demandé pardon pour les souffrances et les déchirures qu’elle a entrainées. Ensemble, ils ont renouvelé leur engagement à tisser la réconciliation et ils ont repris la prière du Seigneur pour ses disciples : « Qu’ils soient un pour que le monde croie que  tu m’as envoyé » (Jean 17, 2)     

Marie-Jo Guichenuy (Église Catholique) et Pierre Blanzat (Église protestante unie de France),
Délégués à l’œcuménisme.