Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

La parole de dieu
« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous »

Publié le 14 février 2019

« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous »

Dimanche 17 février 2019

Chaque dimanche nous vous proposons, en partenariat avec Ma Prière, de méditer l’Évangile avec un commentaire court et parlant pour notre vie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus descendit de la montagne avec les Douze
et s’arrêta sur un terrain plat.
Il y avait là un grand nombre de ses disciples,
et une grande multitude de gens
venus de toute la Judée, de Jérusalem,
et du littoral de Tyr et de Sidon.

Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :
« Heureux, vous les pauvres,
car le royaume de Dieu est à vous.
Heureux, vous qui avez faim maintenant,
car vous serez rassasiés.
Heureux, vous qui pleurez maintenant,
car vous rirez.
Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent
et vous excluent,
quand ils insultent
et rejettent votre nom comme méprisable,
à cause du Fils de l’homme.
Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie,
car alors votre récompense est grande dans le ciel ;
c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.

Mais quel malheur pour vous, les riches,
car vous avez votre consolation !
Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant,
car vous aurez faim !
Quel malheur pour vous qui riez maintenant,
car vous serez dans le deuil et vous pleurerez !
Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous !
C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. »

Commentaire de l’Évangile

C’est avec raison que le Seigneur, en proclamant la béatitude des pauvres, ne dit pas : « Le Royaume des cieux sera » mais « est à eux ». Qu’ils sont proches du royaume de Dieu, ceux qui déjà possèdent et portent dans leur cœur ce Roi dont on a dit que le servir, c’est régner. Que d’autres se querellent pour se partager l’héritage de ce monde : « le Seigneur est ma part d’héritage et ma coupe » (Ps 15,5). Qu’ils combattent entre eux à qui sera le plus misérable : je ne leur envie rien de tout ce qu’ils recherchent, car moi et mon âme, « nous mettrons nos délices dans le Seigneur » (Ps 103,34). Toi, l’héritage glorieux des pauvres ! Bienheureuse richesse de ceux qui n’ont rien ! Non seulement tu nous fournis tout ce dont nous avons besoin, mais encore, tu es remplie de toute gloire, tu débordes de toute joie, car tu es « la mesure surabondante versée dans notre sein » (Lc 6,38). Que votre âme se glorifie dans son humilité, vous les pauvres, et qu’elle regarde avec dédain toute grandeur de ce monde. Des biens éternels sont préparés, et tu leur préférerais des choses passagères, pareilles à un songe ?

Bienheureux Guerric d’Igny (v. 1080-1157) – Sermon pour la Toussaint, 6-7 ; SC 202 (trad. SC p. 511 rev.)


Pour découvrir Ma Prière et recevoir gratuitement un exemplaire, cliquez ici

En savoir plus