Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

La parole de dieu
Quand la terre rejoint le ciel – Jeudi de l’Ascension

Publié le 27 mai 2019

Quand la terre rejoint le ciel – Jeudi de l’Ascension

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples,
leur dit :
« Il est écrit que le Christ souffrirait,
qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour,
et que la conversion serait proclamée en son nom,
pour le pardon des péchés,
à toutes les nations,
en commençant par Jérusalem.
à vous d’en être les témoins.
Et moi, je vais envoyer sur vous
ce que mon Père a promis.
Quant à vous, demeurez dans la ville
jusqu’à ce que vous soyez revêtus
d’une puissance venue d’en haut. »
Puis Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie ;
et, levant les mains, il les bénit.
Or, tandis qu’il les bénissait,
il se sépara d’eux
et il était emporté au ciel.
Ils se prosternèrent devant lui,
puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie.
Et ils étaient sans cesse dans le Temple
à bénir Dieu.

Écouter la Parole

Le temps des apparitions pascales prend fin, laissant la place à un nouveau mode de présence. Certes Jésus monte vers son Père, mais il n’abandonne pas pour autant ses disciples à qui il confie une nouvelle mission : être à présent des témoins. Témoins d’une vie offerte dans l’amour en vue du pardon des péchés offert à toutes les nations. Témoins d’une lumière de résurrection en laquelle chaque homme trouve une renaissance. C’est cela que signifie la promesse à venir de l’Esprit-Saint, cette puissance venue d’en-haut qui revêtira chaque disciple comme elle avait revêtu autrefois Marie lors de son enfantement. Mais pour l’heure, les disciples sont poussés dehors, loin de leurs certitudes passées ; ils sont même invités à contempler ce que Moïse avait entrevu à l’Horeb (Ex 33), et Elie entendu dans le silence (1 R 19) : la gloire divine qui unit à jamais le ciel et la terre dans une même bénédiction.

Laisser résonner la Parole

L’Ascension du Seigneur m’invite à recon-naître le salut en Christ dans sa mort et sa résurrection, de Jérusalem aux extrémités du monde. Il m’invite désormais à vivre un passage : ne pas rester dans l’ immobilisme du regret et du passé mais être bien présent dans le réel de notre vie et du monde. C’est déjà le temps de l’Eglise qui s’ouvre.

Quelle est ma participation à la vie de l’Église, dans ma paroisse ou dans un mouvement ? Avec qui est-ce que je fais communauté ?

A quoi est-ce que je me sens appelé pour continuer la mission du Christ dans son Église pour le « service du Monde » ?

Quels sont mes résistances ou mes freins à vivre en Église, à mettre en oeuvre le baptême que j’ai reçu ? Quelles sont mes joies ?

Prier la Parole

Marie, enseigne-nous l’amour, nous te demandons l’amour, Marie, l’amour du Christ, l’amour unique, l’amour comme don, l’amour sacrifice pour nos frères. Aide-nous à aimer ainsi. Obtiens pour nous, Marie, la foi, la foi surnaturelle, la foi simple, pleine et forte, la foi sincère, puisée à la véritable source, la Parole de Dieu, et à son canal indéfectible, le magistère institué et garanti par le Christ, la foi vivante. Ô toi, « bienheureuse parce que tu as cru », réconforte-nous par ton exemple, obtiens-nous ce charisme. Et puis ô Marie, nous demandons, à ton exemple, et par ton intercession, l’espérance. Salut à toi, notre espérance ! Nous avons également besoin d’espérance, et combien ! Ô Marie, Mère de l’Église !

Regarder la Parole

Ce tableau traduit l’idée d’élévation. Les trois registres sont liés par des échanges de regards entre les personnages. Le Christ occupe le centre de la toile, on voit bien qu’il s’agit du Christ ressuscité car il porte les stigmates de la crucifixion. Il est debout dans une mandorle, (figure en forme d’amande), les pieds sur un petit nuage. Le groupe terrestre s’organise autour de la Vierge Marie. Le trio formé par la Vierge, Pierre et Paul est une évocation de l’Église, ils en sont les symboles. Dieu regarde avec beaucoup de tendresse son fils et le groupe de la Vierge et des apôtres.

L’ascension, ce moment où le ciel s’ouvre, est traitée par le peintre avec beaucoup de calme, de douceur et d’apaisement.


L’Ascension du Christ en présence de la Vierge et des apôtres, Le Pérugin, 1496-1500, musée des Beaux-Arts de Lyon, Wikipedia.

En savoir plus