Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Actualités
Dimanche des rameaux (2019) : le chemin de la gloire

Publié le 09 avril 2019

Dimanche des rameaux (2019) : le chemin de la gloire

En lien avec le livret de Carême 2019, nous vous proposons de méditer l’Évangile de chaque dimanche de Carême.

Étape préparatoire : il s’agit avant tout d’entrer dans une lecture priante des textes bibliques. Pour cela :

  • Prendre le temps de lire et de relire lentement le texte d’évangile puis, en écho, l’autre texte biblique proposé.
  • Repérer, dans la scène, le ou les lieux, le temps, les personnages : la manière dont ils nous sont présentés, ce qu’ils font, ce qu’ils disent. Prêter aussi attention à ce qui se passe entre le début et la fin du récit : quel changement ? quelle nouveauté ?
  • Laisser la Parole résonner en vous, en vous aidant des questions posées. Il ne s’agit pas de répondre à tout mais de pointer, de manière concise, ce qui vous parle le plus.
  • Conclure éventuellement ce temps personnel par un Notre Père ou un Magnificat

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem.
Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie,
près de l’endroit appelé mont des Oliviers,
il envoya deux de ses disciples,
en disant :
« Allez à ce village d’en face.
À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché,
sur lequel personne ne s’est encore assis.
Détachez-le et amenez-le.
Si l’on vous demande :
‘Pourquoi le détachez-vous ?’
vous répondrez :
‘Parce que le Seigneur en a besoin.’ »
Les envoyés partirent
et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit.
Alors qu’ils détachaient le petit âne,
ses maîtres leur demandèrent :
« Pourquoi détachez-vous l’âne ? »
Ils répondirent :
« Parce que le Seigneur en a besoin. »
Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus,
jetèrent leurs manteaux dessus,
et y firent monter Jésus.
À mesure que Jésus avançait,
les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin.
Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers,
toute la foule des disciples, remplie de joie,
se mit à louer Dieu à pleine voix
pour tous les miracles qu’ils avaient vus,
et ils disaient :
« Béni soit celui qui vient,
le Roi, au nom du Seigneur.
Paix dans le ciel
et gloire au plus haut des cieux ! »
Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule,
dirent à Jésus :
« Maître, réprimande tes disciples ! »
Mais il prit la parole en disant :
« Je vous le dis :
si eux se taisent,
les pierres crieront. »


Écouter la Parole

Qu’il est étrange ce chemin qui conduit d’une porte à l’autre, et d’un jour au suivant ! Tout commence par le triomphe des illusions, la solennelle entrée d’un messie triomphant dans la ville accueillante. Joie orgueilleuse des disciples, exubérance des habitants de Jérusalem, panique chez les autorités civiles et religieuses. Mais où est Dieu dans ce débordement déraisonnable ? Et voilà que survient un autre désordre qui conduit à la croix. Ici plus de palmes ni de rameaux, mais le fouet des soldats qui déchire la chair du condamné. Ici plus de chants d’allégresse mais les cris et les rires d’une foule sans compassion, déçue peut-être dans ses attentes. Au milieu d’une telle cohue, seul Jésus présente alors un visage humain à travers le pardon crié du haut de sa croix, et l’accueil fraternel en son paradis du bandit repentant. Le chemin de la Gloire n’a rien d’un long fleuve tranquille, il est la traversée des illusions pour offrir à tous, bourreaux comme victimes, un autre visage de Dieu.


Laisser résonner la Parole

La gloire d’un jour est éphémère et je ne peux construire ma vie sur les illusions de la réussite.

C’est en contemplant le Christ dans sa passion et sa mort que je comprends cette parole : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». Le chemin de l’amour qui passe par la croix est celui du renoncement à tout ce qui nous enferme sur nous-mêmes.

Quels sont mes attachements excessifs à des choses « secondaires », quels sont les moments où je cherche plus souvent mon intérêt que celui des autres, où je tiens plus à mes idées qu’à celles de l’autre, où je me justifie pour ne pas entendre le « cri » de l’autre ou ne pas me laisser déranger par l’imprévu ?

Quelle est la place de l’Eucharistie dans ma vie pour entrer dans ce mystère de mort et de vie, du don de la vie ?


Prier la Parole

Prière pour la paix, du Pape saint Paul VI.

Seigneur, nous avons laissé renaître en nous les idéologies qui font des hommes les ennemis les uns des autres : le fanatisme révolutionnaire, la haine de classes, l’orgueil nationaliste, l’exclusivisme racial, les rivalités tribales, les égoïsmes commerciaux, les individualismes jouisseurs et indifférents aux besoins des autres.

Seigneur, nous apprenons chaque jour, angoissés et impuissants, des nouvelles déclarations de guerres dans le monde.

Seigneur, c’est vrai, nous n’allons pas par un droit chemin.

Seigneur, regarde cependant nos efforts, insuffisants certes, mais sincères, pour la paix dans le monde ! […]

Seigneur, il y a surtout tant de tombes qui nous serrent le coeur, de familles brisées par les guerres, les conflits, les répressions capitales ; de femmes qui pleurent, d’enfants qui meurent ;de réfugiés et de prisonniers accablés sous le poids de la solitude et de la souffrance ; et il y a tant de jeunes qui s’insurgent pour que la justice soit promue et que la concorde soit la loi des nouvelles générations.


Regarder la Parole

Bréviaire de Martin d’Aragon, Rothschild 2529, Miniature de la Pentecôte, 1380-1450, Gallica, Bibliothèque Nationale de France.

Télécharger l’image en HD

La richesse des couleurs de cette enluminure retranscrit bien la joie de l’arrivée à Jérusalem du Sauveur.

Regardez le sol, il est jonché de fleurs et de végétation, que l’on retrouve dans les marges. Les personnages masculins étendent leurs tuniques au sol, jusqu’à l’entrée des murailles de Jérusalem. Ils cueillent même des palmes dans les arbres. Des femmes au second plan observent la scène. Le Christ, entouré par l’assemblée chamarrée des apôtres esquisse un sourire et une bénédiction.

En savoir plus