Chargement du site...

Engagez-vous maintenant

Par la prière

Par le bénévolat

Actualités
Mieux tenir compte du handicap en paroisse

Publié le 14 novembre 2018

Mieux tenir compte du handicap en paroisse

Dimanche 18 novembre, la paroisse de Meyzieu, Jons, Jonage et Pusignan organise une journée de sensibilisation au monde du handicap, au centre Jean XXIII.  Didier Changeur, un chrétien engagé au sein de l’association des paralysés de France, espère beaucoup de cette journée pour permettre au plus grand nombre de changer de regard et d’attitude face aux personnes handicapées croisées dans nos églises. La pastorale des personnes handicapées de notre diocèse s’est associée à cette journée.

La vie de Didier Changeur a basculé le jour de son accident de travail en 1978. Il avait 28 ans et était marié depuis un mois à peine. Après son accident, Il est devenu directeur financier au sein du groupe Arcelor, et a pris sa retraite il y a une dizaine d’années. Paraplégique, il a su, avec le soutien de son épouse Anne-Marie, construire une famille, avec en particulier la naissance d’une fille, qui leur a déjà donné un petit-enfant et qui en attend un second pour le 8 décembre prochain ! « Au moment de mon accident, je n’étais chrétien que depuis 7 ans ! J’avais reçu le baptême adulte, se souvient-il. Le Seigneur nous a envoyé des grâces pour vivre cette épreuve en couple. Aujourd’hui encore, je n’ai toujours pas accepté ce handicap, mais ma foi est restée vigoureuse ».

Cet événement a transformé la vie de Didier Changeur, qui, dès sa retraite, s’est investi dans la sensibilisation au handicap auprès des écoles d’infirmiers et infirmières et des écoles d’architecture et de travaux publics. Il s’est par ailleurs engagé au sein de la pastorale des personnes handicapées dans notre diocèse.

L’accessibilité n’est qu’une partie de la solution

La mise aux normes des accès à nos églises et locaux paroissiaux est essentielle, mais pour Didier Changeur, il y a un autre sujet tout aussi important : le regard porté sur les personnes handicapées. « Combien de fois ai-je entendu des paroissiens me dire qu’il ne fallait pas que je bloque l’accès à l’allée centrale au moment de la procession… Comme si j’allais rester, là, sans bouger ! ». Bien que la législation impose aux paroisses de solidariser les chaises entre elles au sein de leurs églises, certaines ont pris l’initiative d’en séparer quelques-unes, afin de pouvoir dégager une place à une personne en fauteuil, et lui permettre d’assister à la messe sans lui donner l’impression d’occuper une place « bricolée » à la dernière minute.

Des témoignages, des mises en situation

Au cours de cette journée, qui débutera à 10h45 par la messe, des personnes témoigneront et apporteront des solutions concrètes aux questions soulevées par le handicap au sein de nos communautés. Avec l’aide de brancardiers de Lourdes et de personnes handicapées, des ateliers de mise en situation aideront les valides à prendre conscience dans leur corps des nombreux obstacles auxquels sont confrontées les personnes porteuses d’un handicap. Comme le souligne Didier Changeur, c’est parce que les personnes handicapées et les personnes valides ne se rencontrent pas suffisamment dans notre société, qu’il y a une forte méconnaissance des problématiques liées au handicap. Il est possible de changer de regard, dimanche 18 novembre, au centre Jean XXIII, à Meyzieu. C’est pourquoi le thème de cette journée sera « Apprivoisons-nous », ainsi que Saint-Exupéry le disait dans le Petit Prince

Plus d’informations : sante@lyon.catholique.fr